Aux Carrières de Lumières

 

DSCF9695

A la base, j’avais envie de rédiger un article « 5 things », sur 5 choses que j’ai aimé récemment. L’exposition Van Gogh aux Carrières des Lumières devait en faire partie, mais voilà qu’en commençant à en parler, je n’arrive plus à m’arrêter d’écrire. Peut-être que finalement, cette exposition mérite un article dédié ? L’article « 5 things » devrait suivre prochainement 😉 Bonne lecture !

Il y a quelques semaines, j’ai découvert l’exposition « Van Gogh, la nuit étoilée » aux Carrières de Lumières des Baux de Provence. Les Carrières de Lumières, c’est l’assurance d’un spectacle grandiose à chaque fois. Les spectacles visuels qui s’y déroulent projettent les oeuvres de grands artistes (Picasso, Bosch, Chagall, Klimt…) dans une ancienne carrière de pierre, un décor aussi brut qu’impressionnant. Je m’y rends une fois par an, au début de chaque nouvelle exposition et en ressors toujours frissonnante (parce-qu’il fait froid à l’intérieur, certes) mais surtout bluffée par tant de génie. Projeter des oeuvres d’art dans un tel lieu, en voilà une super-idée-géniale. J’attendais l’exposition sur Van Gogh avec impatience. D’abord parce-que j’adore ces oeuvres et surtout, parce-qu’il a vécu plusieurs années juste à côté des Carrières, à Saint-Rémy de Provence, où il était interné à l’hospice Saint-Paul de Mausole (qui peut se visiter !). Les paysages provençaux ont largement inspiré son oeuvre et cette projection constitue une sorte d’hommage, de remerciement à l’artiste d’avoir magnifié nos paysages du sud. C’est assez émouvant. L’exposition débute par la projection « Japon rêvé, image d’un monde flottant », qui est une MERVEILLE de poésie et un réel voyage immersif dans l’art japonais. J’ai été séduite par tant de douceur et ai même été frustée que la projection ne dure pas plus longtemps.  J’assouvie depuis ce manque par le visionnage de films d’animation japonais à la maison, c’est mon nouveau sujet favori je pourrai en parler des heures ! Mais on s’éloigne peut-être un peu trop de la ligne éditoriale de ce blog… Tout ça pour dire que si vous souhaitez assister à l’exposition sur Van Gogh, ne ratez surtout pas l’introduction sur le Japon !

Venons en au sujet même de cet article, la projection « Van Gogh, la nuit étoilée ». Il me semble que c’est une bonne représentation de l’oeuvre de l’artiste. On assiste aux variations des périodes artistiques du peintre, aux variations de ses humeurs, de sa vie. On comprend les phases tourmentées qu’il a du traverser, et celles plus apaisées. On retrouve ses oeuvres emblématiques (Les Tournesols, Les Iris, La Terrasse de Café à Arles, sa Chambre à Coucher…) et on en découvre des plus discrètes, comme une série de portraits, réalisés dans les années 1880, que je ne connaissais pas. On a l’impression que l’artiste revit en voyant ses peintures s’animer le long des grands murs de pierres. La musique joue un rôle très important dans ce spectacle et je dois évoquer le seul bémol, pour moi, de cette exposition : LA BANDE SONORE. En réalité, les musiques sont plutôt appropriées durant la majeure partie du spectacle; elles instaurent une ambiance presque mystique autour de l’article. HORMIS la deuxième chanson, au début du spectacle, que j’ai clairement vécu comme une agression auditive. Je n’ai pas vraiment saisi le lien entre cette chanson pop-anglaise type ‘Adèle’ et Van Gogh. Peut-être des paroles que je n’aurai pas saisi ? Quoi qu’il en soit, cette chanson a clairement fait retomber la magie du début du spectacle, et m’a laissée fâchée jusqu’à la fin. Dîtes moi ce que vous en pensez si vous avez l’occasion d’y assister, je serai vraiment curieuse d’avoir d’autres avis !

Après la projection, je ne peux que vous conseiller une visite à l’Hospice Saint-Paul de St-Rémy, où vous pourrez vous balader dans l’allée fleurie, le cloître et le champ de lavande, mais aussi découvrir le lieux de vie de Van Gogh, sa chambre, son chevalet, son lit… C’est une visite aussi apaisante qu’instructive dont je ne me lasse pas. 

Bonne journée à tous 🙂