La vie extraordinaire de Fortunette des Baux

En me baladant dans le centre-ville d’Arles il y a quelques semaines, je découvrais au hasard des rues une élégante et lumineuse petite boutique répondant au nom de « Parfumerie Arlésienne ». Après y avoir joyeusement senti tous les flacons présentés, j’allais repartir quand mon regard croisa le visage radieux d’une jeune femme, imprimé sur l’emballage d’une eau de Cologne. « Fortunette des Baux ». Ce nom ne me disait rien, pourtant cette femme avait du marquer son temps pour donner son image et son nom à un parfum. Je m’empressais alors de rechercher son identité en tapant frénétiquement sur les touches de mon portable, passionnée d’avance par l’histoire que je m’apprêtais à lire. Le récit de la vie de Fortunette fut si palpitant que je le raconte depuis à qui veut bien l’entendre et vous le partage aujourd’hui, en espérant qu’il vous passionne autant que moi. Bonne lecture !

Une jeune provençale qui refuse son destin

Emma Teissier est née le 17 janvier 1867 dans le petit village provençal de Maussane, dans les Alpilles. Son père était serrurier, sa famille modeste et peu portée à surveiller l’éducation d’Emma, qui n’allait pas souvent à l’école. Très tôt, pour offrir malgré tout « un destin » à sa fille, le père d’Emma la marie avec un agriculteur de Maussane, un certain Marc Jouve. Celui-ci s’avère être un mari pitoyable : buveur, violent, jaloux, il n’épargne pas Emma et renforce sans doute son caractère déjà farouche et indépendant. Elle tombe rapidement enceinte, mais l’enfant meurt en bas âge. A cette époque Emma est employée au bar du village, le « Café de Moulès ». Sa beauté fait vivre le petit bar à plein régime : les clients défilent et se multiplient, les compliments pleuvent, à tel point qu’elle décide un jour de s’inscrire en secret à un concours de beauté, à Nice. Elle fugue seule, sur la Côte-d’Azur (on imagine le périple que cela a dû représenter à l’époque !) pour passer les épreuves, dont elle remportera glorieusement le premier prix. Le gain était une grande somme d’argent, qu’elle reversera entièrement aux personnes démunies de la ville de Nice. Cet épisode devint célèbre dans toute la région, jusqu’à Maussane, où elle rentra fièrement, se faisant aduler et questionner par les villageois qui la surnommaient déjà « Prix de Beauté ». La situation avec son mari se détériora rapidement. On prêtait alors à Emma de nombreuses aventures extraconjugales, parfois rocambolesques (un de ses amants se serait tué en sautant par la fenêtre, voulant échapper au mari. Un autre, pour échapper au même, se serait enfui entièrement nu). Emma demanda le divorce.

Le village de Maussane dans les Alpilles

Muse à son insu

Elle aurait pu poursuivre sa modeste (mais déjà mouvementée !) vie de tenancière de bar dans le petit village de Maussane, mais son destin prit un autre tournant quelques jours plus tard. C’est sur le quai de la gare de Lunel qu’elle fit la rencontre d’un certain Paul Mariéton. Né en 1862 à Lyon, c’est un jeune homme élégant, écrivain et membre très actif du Félibrige, une association fondée par Frédéric Mistral qui œuvre dans le but de la sauvegarde et de la promotion de la culture de la Langue d’Oc (l’Occitan). Cette association est passionnante, j’aurai l’occasion de vous en reparler très vite par ici ! Mais revenons-en à Paul et Emma. Le jeune homme tombe sous le charme de la belle provençale, il décide de la présenter à Frédéric Mistral et d’en faire la muse du mouvement Félibrige.

On apercevra ainsi Emma au bras de Mistral, lors de la grande fête de la Sainte Estelle (date d’anniversaire du Félibrige). Frédéric Mistral a alors 60 ans, Emma est encore très jeune, mais la foule l’appelle déjà « Madame Mistral ». D’autres la surnommeront « Fortunette » en référence au personnage féminin que décrit Mistral dans son conte « Calendau ». Emma fait l’unanimité auprès de tous et repart ce soir là au bras de Paul Mariéton. Le lendemain se tient le grand banquet de la Sainte Estelle. Emma y marquera considérablement les esprits en chantant avec joie et énergie les hymnes du Félibrige. Paul Mariéton dira : « … les notables de l’université s’enflammaient insensiblement, quelques bourgeoises effarées quittaient  bien un peu la salle, mais la soirée se terminera par le triomphe de Fortunette. Un souffle de jeunesse avait balayé toute la solennité des discours académiques » car Fortunette est jeune, belle, pleine de vie. Elle apporte toute sa joie et son insouciance au mouvement et en séduit tous les membres.

Quelques membres du Félibrige

Elle décide alors de dédier son temps à l’association. Elle s’installe à Avignon, où elle passe ses journées avec les Félibres, au grand désarroi de leurs épouses, scandalisées par l’attitude désinvolte d’Emma qui multiplie ses conquêtes. Mais tant de frasques ne donnent pas une bonne image au mouvement dont elle est la muse. Suite à de nombreuses plaintes quant à son attitude, Frédéric Mistral décide de protéger la réputation du groupe en éloignant peu à peu Fortunette des Félibres, lui interdisant certains évènements, comme la fête de la Sainte Estelle de 1892 où l’association se réunissait au Château des Baux. On raconte qu’Emma y fit malgré tout une apparition très remarquée, montant sur les tables pour y entonner des chansons, vêtue d’une robe rouge vif. Cet évènement fit mauvaise presse pour les Félibres et Frédéric Mistral prit la mesure de faire quitter Avignon à Fortunette, la faisant rentrer à l’Alcazar, une salle de spectacle alors très populaire à Marseille.

Frédéric Mistral

Une carrière de star

Chaque représentation d’Emma se traduit par un immense succès. Outre sa beauté, sa voix et sa personnalité séduisent le public et lui valent d’interminables applaudissements : on parle désormais d’elle dans tout Marseille ; elle ira même jusqu’à Barcelone pour entonner ses airs favoris. Un soir de représentation, Emma est remarquée par le directeur de l’Opéra de Rio de Janeiro, qui lui propose un voyage au Brésil. La voici donc sur un bateau, à 25 ans, prête à conquérir un nouveau continent où elle chantera Auguste Marin, Frédéric Mistral et Charloun Rieu devant des spectateurs composés de généraux, de ministres et de banquiers. Tout ce qui est français est à la mode et cette belle brune en costume d’arlésienne qui chante en provençal leur plaît.

La célèbre salle de spectacle de l’Alcazar, qui est aujourd’hui une bibliothèque à Marseille

Une vie plus rangée

Un an après ce succès retentissant Emma se lasse de cette vie bohème et reprend contact avec Enrique, un capitaine avec qui elle avait flirté à Rio. Fou de joie, celui-ci lui achète une boutique dans une grande ville brésilienne, dans laquelle Emma vendra des vêtements. La mode française plaît énormément aux brésiliennes et elle ne tarde pas à s’enrichir en offrant une renommée prestigieuse à son magasin. Fidèle à son capitaine, elle reviendra avec lui une fois par an en France pour fournir les stocks de sa boutique et rendre visite à ses anciens amis du Félibrige, à qui elle reprochera amèrement de l’avoir écarter de leurs vies. Elle les aide toutefois à enrichir le Muséon qu’ils viennent de créer à Arles et y signe même le livre d’or par une discrète inscription « Emma Teissier, Fortunette d’Arles : cette fidélité aux premiers amours ». Elle épouse Enrique en 1904 à la cathédrale de Rio et se rend quelques jours plus tard aux cérémonies du cinquantième anniversaire du félibrige, à Arles, qui voit le triomphe de Mistral avec l’attribution du Prix Nobel de  Littérature.

Les années défilent entre Arles et le Brésil, Enrique meurt, Emma reste jusqu’à ses 64 ans dans son pays d’adoption avant de rentrer à Maussane, le petit village de son enfance, où les villageois la surnomment désormais « la brésilienne ». Elle meurt le 3 janvier 1944 à l’Hôpital de Salon-de-Provence (77 ans).

Qu’avez-vous pensé de cette histoire ? Je suis personnellement fascinée par cette femme courageuse, qui a écouté ses désirs tout au long de sa vie en refusant le destin morne qui lui était réservé. Fortunette était passionnelle, libre, forte, vibrante, elle a inspiré sa génération et continue d’alimenter notre imaginaire, des années après.

English version :

The extraordinary life of Fortunette des Baux

While strolling in the city center of Arles a few weeks ago, I randomly discovered in the streets an elegant and luminous little shop answering the name of « Parfumerie Arlésienne ». After having happily smelled all the bottles presented there, I was about to leave when my eyes met the thin face of a young woman, printed on the packaging of an eau de Cologne. « Fortunée des Baux ». This name meant nothing to me, yet this woman had to mark her time to give her image and her name to a perfume. I hastened to search for her identity, tapping frantically on the keys of my cell phone, fascinated in advance by the story I was about to read. The story of Fortunette’s life was so exciting that I have since been telling it to anyone who will listen to it and share it with you today, hoping that it excites you as much as I do. Have a good reading !

A young Provencal girl refusing destiny

Emma Teissier was born on January 17, 1867 in the small Provencal village of Maussane, in the Alpilles. Her father was a locksmith, her family modest and unwilling to supervise Emma’s education, who did not go to school often. Very early on, in order to offer her daughter « a destiny » despite everything, Emma’s father married her to a farmer from Maussane, a certain Marc Jouve. This one turns out to be a pitiful husband: drinker, violent, jealous, he does not spare Emma and undoubtedly reinforces her already fierce and independent character. She quickly became pregnant, but the child died in infancy. At that time Emma was employed at the village bar, the « Café de Moulès ». Her beauty brings the little bar to life at full throttle: customers parade and multiply, compliments rain, to such an extent that one day she decides to secretly register for a beauty contest in Nice. She ran away alone, on the Côte-d’Azur (we can imagine the journey that this must have represented at the time!) To pass the tests, for which she gloriously won the first prize. The gain was a large sum of money, which she will donate entirely to poor people in the city of Nice. This episode became famous throughout the region, until Maussane, where she proudly returned, being adulated and questioned by the villagers who already nicknamed her « Beauty Prize ». The situation with her husband quickly deteriorated. Emma was then credited with numerous extramarital affairs, sometimes incredible (one of her lovers would have killed himself by jumping out of the window, wanting to escape the husband. Another, to escape the same, would have fled entirely naked). Emma asked for divorce.

An unwittingly muse

She could have continued her modest (but already eventful!) Life as a bar owner in the small village of Maussane, but her fate took another turn a few days later. It was on the platform of the Lunel station that she met a certain Paul Marieton. Born in 1862 in Lyon, he is an elegant young man, writer and very active member of Félibrige, an association founded by Frédéric Mistral which works with the aim of safeguarding and promoting the culture of the Langue d’Oc ( l’Occitan). This association is fascinating, I will have the opportunity to talk to you about it again very quickly here! But back to Paul and Emma. The young man falls under the spell of the beautiful Provencal, he decides to present her to Frédéric Mistral and to make her the muse of the Félibrige movement. We will thus see Emma on the arm of Mistral, during the great feast of Sainte Estelle (birthday of Félibrige). Frédéric Mistral was then 60 years old, Emma was still very young, but the crowd already called her « Madame Mistral ». Others nicknamed her « Fortunette » in reference to the female character described by Mistral in his tale « Calendau ». Emma is unanimous with everyone and leaves that evening on the arm of Paul Marieton. The next day is the big banquet of Sainte Estelle. Emma marked the spirits considerably there by singing with joy and energy the hymns of Félibrige. Paul Marieton will say: « … the notables of the university were imperceptibly inflamed, a few frightened bourgeois women were leaving the room a little, but the evening will end with the triumph of Fortunette. A breath of youth had swept away all the solemnity of academic speeches ”for Fortunette is young, beautiful, full of life. She brings all her joy and carelessness to the movement and seduces all its members.

She then decides to dedicate her time to the association. She moved to Avignon, where she spent her days with the felibres, to the dismay of their wives, scandalized by Emma’s casual attitude, who multiplied her conquests. But so many escapades do not give a good image to the movement of which she is the muse. Following numerous complaints about his attitude, Frédéric Mistral decided to protect the reputation of the group by gradually removing Fortunette from the Félibres, prohibiting her from certain events, such as the feast of Sainte Estelle in 1892 where the association met at the Château. of Leases. It is said that Emma made a very noticeable appearance there, going up to the tables to sing songs, wearing a bright red dress. This event caused bad press for the Félibres and Frédéric Mistral took the measure of making Fortunette leave Avignon, making her return to the Alcazar, a theater then very popular in Marseille.

Becoming famous

Every performance of Emma is a huge success. In addition to her beauty, her voice and her personality seduce the public and earn her endless applause, we now talk about her throughout Marseille, she will even go to Barcelona to sing her favorite tunes. One evening of performance, Emma is noticed by the director of the Rio de Janeiro Opera, who offers her a trip to Brazil. So here she is on a boat, at 25, ready to conquer a new continent where she will sing Auguste Marin, Frédéric Mistral and Charloun Rieu in front of spectators made up of generals, ministers and bankers. Everything French is in fashion and they like this beautiful brunette in an Arlesian costume who sings in Provençal language.

A wiser life

A year after this resounding success Emma gets tired of this bohemian life and reconnects with Enrique, a captain with whom she had flirted in Rio. Mad with joy, he buys her a shop in a big Brazilian city, in which Emma will sell clothes. French fashion appeals to Brazilians and it does not take long to enrich itself by offering a prestigious reputation to its store. Faithful to her captain, she will come back with him once a year to France to supply her store’s stocks and visit her old friends at Félibriges, whom she bitterly reproaches for having removed her from their lives. However, she helps them enrich the Muséon they have just created in Arles and even signs the guestbook there with a discreet inscription « Emma Teissier, Fortunette d´Arles: this fidelity to first loves ». She married Enrique in 1904 at the cathedral of Rio and a few days later went to the ceremonies of the fiftieth anniversary of the Félibrige, in Arles, which saw the triumph of Mistral with the attribution of the Nobel Prize for Literature.

The years pass between Arles and Brazil, Enrique dies, Emma stays until she is 64 in her adopted country before returning to Maussane, the small village of her childhood, where the villagers now nickname her « the Brazilian ». She died on January 3, 1944 at Salon Hospital (77 years old).

What did you think of this story? I am personally fascinated by this courageous woman, who listened to her desires throughout her life by refusing the bleak fate that awaited her. Fortunette was passionate, free, strong, vibrant, she inspired her generation and continues to make us dream, years later.

2 commentaires sur “La vie extraordinaire de Fortunette des Baux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s