Bac + 3 en pique-nique

 

Si vous suivez mes aventures depuis quelques temps, vous devez connaître mon amour inconditionnel pour les piques-niques. Les soirs d’été, lorsque les températures commencent à baisser, Adrien et moi nous retrouvons souvent pour un pique-nique dans les champs de vignes, juste à coté de la maison. C’est un moyen de sortir du quotidien, de profiter des couchers de soleil et d’observer l’arrivée des premières étoiles, sous l’air doux des fins de journées. 

Ma grand-mère me racontait comment, tous les week-ends de l’année, elle avait l’habitude d’organiser de grands piques-niques avec sa famille ou ses amis, quelque soit la saison. Elle préparait une grosse jarre de sangria, un bon repas comme elle sait si bien le faire et tout le monde se retrouvait dans la colline pour plusieurs heures à manger, discuter et jouer à la pétanque ensemble. C’est un idéal de vie qui invite à prendre le temps et à se satisfaire de choses simples, un mode de vie qui se transmet depuis longtemps dans ma famille.

En savourant une tartine de fromage de chèvre hier soir, Adrien et moi avons pensé en souriant à quel point nous excellions désormais dans l’art d’organiser des piques-niques. Rien n’est laissé au hasard, ni le lieu, ni la nappe, ni les jeux de société qui nous accompagneront et encore moins le repas. Nous nous préparons un dîner simple, mais bon, à base de fromage, de tapenade, de fruits frais, de fougasse, de taboulé maison et emmenons avec nous une bonne bouteille de vin.

Et puis bien sur, une petite radio, qui nous permet (les soirs où ça capte!) de danser un peu. Qu’importe à quoi a ressemblé notre journée juste avant, les piques-niques de début de soirée permettent de remettre les compteurs à zéro, de décompresser et de se recentrer sur l’essentiel : notre belle et douce vie dans le Luberon.

Et vous, êtes-vous adepte de pique-nique ?

English Version :

If you have been following my adventures for some time, you must know my unconditional love for picnics. On summer evenings, when the temperatures start to drop, Adrien and I often get together for a picnic in the vineyards, right next to the house. It is a way to get away from everyday life, to enjoy the sunsets and observe the arrival of the first stars, under the mild air of the end of the day.

My grandmother used to tell me how, every weekend of the year, she used to organize big picnics with her family or friends, whatever the season. She was preparing a big jar of sangria, a good meal as she knows how to do so well and everyone would meet in the hill for several hours to eat, chat and play pétanque together. It is an ideal of life which invites to take the time and to be satisfied with simple things, a way of life which has been transmitted for a long time in my family.

While enjoying a slice of goat cheese last night, Adrien and I thought with a smile how much we now excel in the art of organizing picnics. Nothing is left to chance, neither the place, nor the tablecloth, nor the board games that will accompany us and even less the meal. We prepare ourselves a simple, but good dinner, based on cheese, tapenade, fresh fruit, fougasse, homemade tabbouleh and take a good bottle of wine with us.
And of course, a small radio, which allows us (the nights when there’s signal) to dance a little. No matter what our day looked like just before, early evening picnics allow you to reset the counters, decompress and refocus on the essential: our beautiful and sweet life in the Luberon.

And you, are you a picnic fan? Have a good evening xxx

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s