La Maison de mes Rêves

Vous savez, celle dont je parle tout le temps.

La grande bâtisse provençale, pas très loin de notre maison à Puget. Et bien, cette magnifique maison que je ne cesse d’admirer en cachette, n’est jamais occupée et ça me brise le cœur. Je ne connais pas la raison qui pousse ses propriétaires à laisser vide une si grande, si belle maison, mais depuis deux ans et demi, nous n’avons jamais vu les volets ouverts. Pourtant, un jardinier vient régulièrement entretenir la fontaine, tailler les rosiers, planter de nouvelles fleurs et tondre la pelouse… C’est un mystère.

Quoi qu’il en soit, et même si c’est un peu interdit, Adrien et moi profitons souvent du grand jardin de cette maison. Nous n’abîmons rien, je me retiens d’ailleurs à chaque fois de toucher aux belles fleurs dont personne ne profite. Nous venons simplement nous asseoir dans l’herbe, pour contempler la vue, avancer nos lectures, faire une sieste et écouter les oiseaux. J’y viens parfois seule, tôt le matin, pour y photographier le lever du soleil, et y rencontre souvent des animaux sauvages, descendus de la colline voisine, étonnés de me voir déambuler entre les fleurs. Nous y avons pris quelques photos hier, pour immortaliser une belle fin d’après-midi dans ce jardin qui n’est pas le notre, mais qui nous aura accueilli bien plus souvent que ses vrais propriétaires au cours des deux dernières années. La lumière était radieuse, l’air était chaud, c’était une fin d’après-midi plutôt banale, en période de confinement, mais dont on se souviendra peut-être longtemps.

Nous nous extasions souvent sur les nouvelles fleurs, les nouveaux arrangements décoratifs que produit le jardinier, dont le travail est certainement bien plus admiré qu’il ne le croit. Cet hiver, nous observions les nouveaux plants avec enthousiasme, pressés de voir éclore de nouvelles couleurs au printemps. Je découvre de nouvelles variétés, en fais des dessins, des photos, pour pouvoir les ramener à la maison et me les approprier un peu plus. C’est drôle, parce-qu’il y a deux ans, en découvrant pour la première fois l’endroit, je me demandais si nous aurions la chance d’avoir un jour une si belle maison, à nous. Ça ne sera peut-être jamais le cas, mais pendant deux ans et demi, j’ai eu l’impression de veiller sur cette maison, sur ce jardin, comme si c’était les miens.

unnamed

Je ne partagerai pas de photos de la maison ici, seulement quelques parties de son jardin et des alentours, mais je suis sure que vous parviendrez facilement à imaginer cette bâtisse provençale, aux vieilles pierres, aux vieux volets violets foncés, entourée de majestueux sapins et de rosiers grimpants. Elle a marqué notre vie dans le Luberon et je sais que nous continuerons à en parler longtemps, à la décrire à nos proches, à raconter les aventures que nous y avons vécus, le mystère qui l’entoure, cette maison de nos rêves.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s