YA PLUS D’SAISON

dscf5800

Si il y a bien quelque chose qui me rend hyper heureuse, c’est le changement de saison : les petites fleurs du printemps, la chaleur estivale, les belles couleurs de l’automne et l’odeur de cheminée de l’hiver. Seulement, je me rends compte qu’à Marseille tout est figé, cette ville est faite pour l’été et snobe les autre saisons. Les marseillais s’obstinent à boire des verres en terrasse malgré les rafales de Mistral qui renversent leur pastis, ils ne sortent jamais leur parapluie sous une averse, parce-que ça ne durera pas, ils se pavanent quand des touristes s’étonnent d’un si beau temps en novembre et font courir la rumeur qu’on peut se baigner à Malmousque jusqu’au mois de décembre. Je me suis donc mise à explorer les alentours, mon nouveau quartier, des lieux inconnus, dans l’idée de trouver des preuves du changement de saison : des paysages jaunes et oranges, des feuilles qui s’envolent, des cafés douillets où boire de bons chocolats chauds et manger des gaufres sur de chaleureux canapés. Et bien malgré toute ma bonne volonté, je n’ai rien trouvé de tout ça, nada, walou. C’est comme si nous vivions une période de transition, comme si nous étions dans une salle d’attente dénuée d’intérêt en attendant le retour de l’été. Alors tant pis pour Marseille, des copains et moi sommes partis à la recherche de petits signes automnaux ailleurs.
A environ 1h de Marseille, la forêt de la Sainte Baume nous semblait être le décors parfait. Et c’est bien le cas ! C’est une forêt primaire, c’est-à-dire qu’elle n’y a subit aucun impact humain : la plupart des arbres ont plus de 100 ans et rendent le lieu aussi obscur que solennel. Nous étions partis dans l’idée d’une cueillette de champignons, pour jouer la carte automne à fond. La Sainte Baume n’est clairement pas le lieu approprié si vous envisager une maxi-omelette aux champignons, nous en avons difficilement déniché 4, sans vraiment être sûr qu’ils soient comestibles. Mais cette balade en forêt nous a apporté à tous la bouffée d’air frais dont nous avions besoin, j’ai réussi à me sentir en automne et c’est tout ce qu’il me fallait. J’attends maintenant l’arrivée de l’hiver et surtout de Noel, des guirlandes lumineuses et des marrons grillés au quart de tour, avec une batte de baseball à la main. Tu me feras pas deux fois le coup Marseille.
 
Si par un merveilleux hasard vous connaissez des lieux-douillets à Marseille, n’hésitez pas à m’envoyer un message, j’ai encore un chouya d’espoir !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s