LE PRINTEMPS MARSEILLAIS

DSCF2180

C’est le premier printemps que je passe à Marseille et la ville prend une toute autre dimension en cette saison. J’avais envie d’explorer de nouveaux endroits et me suis éloignée de la mer pour admirer les premières feuilles sur les arbres, entre les beaux immeubles. Depuis quelques jours, le Boulevard Longchamp voit sa végétation transformée et c’est pour moi le plus bel endroit pour admirer les premiers signes du printemps. Je ne m’y connais pas vraiment en photographie, mais je dois dire que la couleur éclatante des feuilles, mêlée aux vieilles facades d’immeubles et au ciel bleu rend n’importe quel cliché magnifiquement beau. Les balades le long de ce boulevard sont assez dépaysantes : l’ambiance s’éloigne des images maritimes et estivales que l’on se fait de Marseille et rappelle presque les majestueux boulevards parisiens. J’ai donc frôlé le torticolis en flânant le long des immeubles, le visage vers le ciel, m’arrêtant à chaque arbre pour une nouvelle photo. Jusqu’à ce que, comme il fallait si attendre, je me retrouve complètement perdue. Seulement voilà, il se passe quelque chose de bizarre chez moi qui fait que j’adore me perdre dans Marseille. Tout d’abord, parce-que c’est le meilleur moyen de découvrir de nouveaux endroits et surtout, parce-que c’est un excellent prétexte pour aller papoter avec les commerçants, qui, j’en mets ma main à couper, vous expliqueront 3000 fois mieux que Google Map comment retrouver votre chemin. Les premiers jours qui ont suivi mon aménagement à Marseille en sont l’illustration parfaite : j’étais en retard, complètement perdue, une énorme valise à la main et me suis timidement avancée vers un vieux monsieur pour lui demander mon chemin. À peine avais-je prononcé le nom de la rue où je devais me rendre qu’il se saisit de ma valise et se mit à marcher d’un pas hyper décidé en m’invitant à le suivre. Plusieurs kilomètres nous séparaient de la rue en question, mais plutôt que de m’expliquer en quelques secondes comment s’y rendre, il m’y a emmené. J’étais tellement surprise que depuis, je raconte cette histoire à tout le monde. C’est pour ça que même si Marseille est la deuxième plus grande ville de France,  si perdre n’est jamais catastrophique. Il suffit que quelqu’un remarque votre air désorienté et vous êtes sauvé. Si vous remontez tout en haut du boulevard, vous apercevrez le magnifique parc Longchamp, ses statues, ses fontaines, ses musées. Il faut monter les grands escaliers pour découvrir à l’arrière, bien caché, le vrai parc qui s’étend à perte de vue. J’oublie toujours que nous sommes en pleines vacances scolaires, et ai été agréablement surprise de voir autant d’enfants jouer et partager leur goûter aux bords des fontaines. 

Je suis émerveillée de découvrir Marseille au printemps, de m’apercevoir que la mer et l’été ne sont pas les seules raisons qui me font l’aimer autant. Si vous êtes dans le coin en ce moment, laissez-vous entraîner le long du Boulevard Longchamp. Avec une musique comme celle là dans les oreilles et l’ambiance qui y règne, vous aurez l’impression d’être le héros d’un film pendant quelques minutes. Si vous voulez jouer au héros jusqu’au bout, aventurez-vous dans de petites ruelles inconnues, sans même penser à sortir votre portable une fois que vous serez perdu.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s