EDMUND PLATT

J’ai rencontré Edmund Platt, le fondateur de l’initiative 1 Déchet Par Jour lors de mon précédent boulot. Travailler avec lui, c’est un peu comme assister tous les jours au concert d’une rock-star au Stade de France. L’énergie qu’il apporte à son projet est fascinante, on peut dire qu’il sait motiver les troupes. Le concept sur lequel il travaille avec les co-fondateurs Georges-Edouard Legré, le Community Manager et Romain Jouannaud, le directeur artistique, s’appelle 1 Déchet Par Jour / 1 Piece of Rubbish. L’idée est aussi simple que géniale : inciter la population marseillaise à prendre soin de leur ville en ramassant un déchet par jour, à se prendre en photo jetant le déchet dans la poubelle la plus proche avant de poster l’image sur la page Facebook du concept et mettre 5 amis au défi de faire la même chose en les taguant sur la photo. Pas fastoche à priori, et pourtant les réseaux sociaux du projet regorgent de témoignages photographiques prouvant que l’idée d’Edmund prend de l’ampleur. Et on comprend facilement pourquoi ! Je l’ai observé à plusieurs reprises sensibiliser jeunes et moins jeunes à l’accumulation de déchets dans nos rues, dans nos océans et à chaque fois, j’étais surprise de voir des réactions aussi enthousiastes face à un sujet qui, on peut se l’avouer, est plutôt déprimant. C’est ça la magie d’Edmund, parvenir à changer une mamie marseillaise grincheuse en militante écolo en l’espace de quelques minutes. True story. Passer un peu de temps avec lui, c’est prendre conscience que l’on doit se donner les moyens d’entreprendre nos projets les plus fous, une sorte de coup de pied aux fesses britannique. Je me suis rendue à son bureau cet après-midi, sans avoir trop préparé l’interview à venir. J’imaginais bien le scénario : j’arrive, il me propose un café, on papote, on rigole, je le lance sur le sujet et là, il devance mes questions sans s’arrêter avec son accent so british. BINGO. Ce qu’il ne dit pas dans la vidéo (qui subit quelques problèmes de focus, mea culpa), c’est que l’initiative 1 Déchet Par Jour a déjà organisé pas mal de rassemblements marseillais, qui ont vu se réunir un nombre incroyable de citoyens, prêts à nettoyer la Canebière ou les collines de Notre-Dame-de-la-Garde ensemble, le temps d’un après-midi. Tout ça, grâce à  la super équipe de bénévoles comme Carole, Mathilde, Théo, Nathan, Corinne, Louise ou encore David. Pouvoir citer 1 Déchet Par Jour lorsque l’on aborde le thème de la pollution, c’est un peu comme une issue de secours. Parce-que oui les gars, c’est la cata, mais avant de baisser les bras et de se mettre sous antidépresseurs on peut s’engager dans des projets comme celui-ci, et c’est quand même bien plus sympa. Pour résumer le topo : que vous viviez à Marseille, à Nîmes, à Bouaye, à Berlin ou même à Tombouctou, vous êtes invités, demain en sortant de chez vous, à ramasser un déchet qui trainera dans votre rue, à prendre une photo de votre main le jetant délicatement dans une poubelle et à envoyer la photo sur les réseaux du projet. Le but est de créer un mouvement de foule, votre photo entraînera peut-être une dizaine de personnes à faire de même et c’est comme ça, qu’ensemble, on sauvera le monde. L’art de l’exagération, bonsoir. Vous pouvez également venir boire un cocktail et suivre la conférence « Plastification des mers : quelles solutions ? » qui se tiendra jeudi 14 avril à 18h30 à la Villa Méditerranée, ça s’annonce passionnant. (Je me suis un peu avancée pour les cocktails, mais surement pas sur le fait que ce sera passionnant). Et surtout, vous êtes tous invités à rejoindre Edmund et sa super équipe de bénévoles le dimanche 24 avril à 14h30 à la Gare St Charles pour un bon parcours de nettoyage des rues. L’ambiance y est toujours très conviviale, l’énergie super positive et on se sent sacrément fiers d’y avoir participé.

Pour faire partie de la chouette communauté qui rassemble bientôt 6000 personnes vous pouvez rejoindre :

La page Facebook  : 1 Déchet Par Jour / 1 Piece of Rubbish

Instagram : 1pieceofrubbish

Site web : www.1pieceofrubbish.com

Merci à Edmund Platt, l’anglais définitivement adopté par Marseille. Merci d’apporter autant d’enthousiasme, de te retrousser les manches pour une cause qui semblait perdue dans l’esprit de beaucoup de gens. Et surtout merci de faire croire à tout le monde que je suis journaliste (alors qu’on connaît tous les deux la vérité).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s