DEGRINGOLER LA RUE D’AUBAGNE

Je crois bien avoir trouvé ma rue marseillaise préférée. Et comme le hasard fait bien les choses, j’ai la chance d’y habiter. Il s’agit de la rue d’Aubagne. Pour moi, cette rue, c’est Marseille : soit on l’adore, soit on la fuit. C’est une rue qui vit à 100 à l’heure, qui ne s’arrête jamais. Les vendeurs chaleureux rigolent fort en se tapant sur l’épaule, les conducteurs énervés klaxonnent sans relâche, on te propose des paquets de cigarettes bon marché, des filles sortent des nombreux salons de coiffure les cheveux bleus, roses ou verts, le restaurant en face ouvre ses portes en musique, des papas pressés emmènent leurs enfants à l’école au pas de course… Et puis, au milieu de tout ce remue-ménage,  une grand-mère boit paisiblement un café en terrasse, amusée par toute cette agitation. Je vis ces scènes là tous les matins, quand en retard, je dégringole la rue d’Aubagne dans l’espoir de ne pas rater le bus du Vieux-Port. Ce que j’aime le plus, ce sont les sons, les odeurs qui y règnent. Odeurs d’épices, de pain chaud, de café, de shampoing à la rose… La rue d’Aubagne c’est des bagarres nocturnes, de la vaisselle cassée. Des réconciliations et des bruits de baisers. Des concerts improvisés, de bruyantes conversations tardives, des cris de mouettes égarées… Si vous êtes de passage à Marseille,  laissez vous-y entraîner, c’est un voyage dépaysant, une rue rebelle, à l’image de la ville.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s