Les huîtres du marché d’Apt

801060F3-239E-43FB-A3B8-14424322B269

J’ai toujours adoré les marchés. L’ambiance conviviale qui s’en dégage, le fait de pouvoir grignoter pleins de petites choses délicieuses, de papoter avec les commerçants ou simplement de flâner entre les étals me procure énormément de joie. 

En arrivant à Puget, nous avons rapidement entendu parler du marché d’Apt, qui valait apparement le détour. Quelle découverte ! Ce marché est immense, il s’étend tous les samedis matins sur une bonne partie du centre-ville historique. Au détour des rues, nous rencontrons des étals de tissus, de plats en train de mijoter (nous avons dévoré un plat de seiches à la provençale à 10h du matin), de vannerie, de savons de Marseille, de nougat… Je ressemble dans ces moments là à une fillette hystérique lâchée dans Disneyland. 

Pas mal de revendeurs, mais nous parvenons à dénicher les stands paysans, où nous remplissons plusieurs paniers de pain, oeufs et légumes. 

Et puis, en arrivant sur ce qui semblait être une des places principales de la ville, nous apercevons un petit stand de vente d’huîtres. Le producteur proposait aux clients de les déguster sur place, autour d’une jolie fontaine au doux clapotis. Nous nous y installons, avec une bière fraîche, et en sentant les rayons du soleil sur mon visage à ce moment là, j’ai pensé que c’était surement ça, la super belle vie.

J’y suis même retournée seule, un samedi matin, munie d’un bon livre. Assise seule au soleil au bord de cette fontaine, j’ai dévoré 6 huitres, englouti une bière et ai eu le sentiment d’être au paradis. Une dame s’est d’ailleurs approchée pour me dire «  c’était un plaisir de vous voir manger ces huitres avec tant d’appétit ! » (Adrien a trouvé ça bizarre quand je lui ai raconté, mais je comprends tellement cette dame, j’adore voir des gens manger avec appétit, ça me donne faim). 

J’aimerai y retourner tous les samedis matin, et me dis que ça deviendra une chouette habitude quand le soleil ressortira le bout de son nez ! 

Si belle en automne

82704C67-4F07-4647-A3E3-85CCA1A3AE9B

Depuis que nous avons emménagé à Puget, il y a de ça 3 semaines aujourd’hui, nous recevons famille et amis coups sur coups, pour notre plus grand plaisir. La chambre d’amis a déjà bien été rentabilisée ! C’est une véritable joie que d’accueillir les gens que l’on aime, leur faire découvrir notre nouvelle maison, leur concocter de bons petits plats et surtout, les emmener en balade, à la conquête des terres lubéroniennes. Adrien et moi en profitons par la même occasion pour découvrir de nouveaux villages, afin d’étoffer ce que nous projetons de devenir « Le guide ultime du Lubéron, spécial copains ». A pieds, en vélo, en voiture, je ne me lasse pas d’admirer la beauté des paysages s’offrant à nous. Je partais cependant sceptique : nous sommes en plein coeur de l’automne et j’étais fermement convaincue de ne pouvoir profiter pleinement de la région qu’à l’arrivée des beaux jours. Seulement ici, les beaux jours semblent s’étaler tout au long de l’année. 

L’automne, en tout cas, magnifie incroyablement les paysages, les dorant d’une douce teinte dorée. J’ai d’ailleurs récemment lu dans un guide de randonnée que l’automne était l’une des meilleures saisons pour découvrir le Lubéron. Hydratée par la pluie, la végétation se pare de couleurs éclatantes. L’air demeure frais et léger, invitant aux longues balades. La lumière change sans cesse, laissant paraître des détails que l’on n’apercevait pas la minute avant. Evidemment, je brûle d’envie de découvrir notre maison et ses alentours sous la chaleur estivale, mais je crois pouvoir apprécier joyeusement l’arrivée de l’hiver dans ce cadre si idyllique.

Quelques photos d’une balade du week-end dernier, de Puget jusqu’à Lauris (Nous avons réalisé trop tard que la moitié de notre promenade s’était faîte sur un domaine privé, mais c’était tellement joli que je risque de m’y aventurer de nouveau !) Je ne peux donc pas vraiment conseiller « légalement » cette balade, mais reviendrai prochainement avec des idées de jolies randonnées !

Je serai curieuse de savoir, quel est le lieu que vous trouvez le plus joli en automne ?

Bonne semaine à tous !

 

Bien arrivés dans le Lubéron !

Alors voilà, une nouvelle vie commence pour moi, enfin pour nous, puisque depuis que j’ai commencé ce blog un amoureux du nom d’Adrien et un chat du nom de Newton ont rejoint ma vie. Au moment où j’écris ces mots ils sont d’ailleurs en train de faire un foot avec une boule de papier et c’est plutôt mignon à observer.

Nous avons donc quitté Marseille pour venir poser nos valises bien chargées à Puget, un joli petit village du Sud Lubéron. J’ai déjà un énorme paquet de choses à raconter, tout est nouveau, tout est incroyablement beau, je ne sais pas par où commencer. 

Marcel & moi, au fond, je l’avais créé pour parler de Marseille, que j’aimais tant. Et puis, Marseille, je m’en suis un peu lassée, j’ai eu envie de découvrir autre chose, de respirer de l’air frais. Le Lubéron s’est présenté comme une évidence : nous l’avions découvert l’été dernier, lors d’un séjour à vélo et depuis, nous en rêvions. Nous rêvions de ses grands paysages, de sa nature luxuriante, de ses petits villages au charme dingue, bref, vous imaginez notre état d’euphorie à l’heure actuelle. Mon envie de reprendre le blog et de partager cette nouvelle vie est apparu comme une évidence. Après tout, pourquoi se restreindre à la ville de Marseille ? Cette nouvelle région regorge de coins aussi merveilleux les uns que les autres et je serai heureuse de partager quelques photos ici. 

Alors voilà, on fait péter le champagne, Marcel&moi is back, avec pleins d’articles croustillants en perspective ! 

L’HIVER A LA MER

Passer Noël face à la Méditerranée, c’est un chouya déstabilisant. Le soleil brille, les bateaux passent, l’eau n’a même pas l’air si froide que ça. Les passants dans la rue tiennent leurs manteaux à la main, les terrasses ne désemplissent pas et on entend toujours le bruit des glaçons remuer dans les verres de pastis. Je lutte pourtant pour maintenir la magie de Noël même si j’ai fait une croix sur les rues enneigées, les courses de luge et les chocolats chauds qui réchauffent. A vrai dire, je n’aime pas trop cette période à Marseille. J’ai l’impression que tout le monde oublie que c’est bientôt Noël, ou alors que tout le monde s’en fiche. C’est comme si je venais d’atterrir dans une dimension parallèle où Noël n’existe pas. Les rues ne sont pas vraiment décorées, le marché du Vieux-Port est l’arnaque du siècle, les commerçants installent à peine une pauvre guirlande dans leur vitrine, bref, j’ai très envie de passer un coup de fil au maire pour l’aider à se reprendre en main.
 
Et puis, je suis allée me balader au bord de la mer et ça m’a un peu réconciliée avec Marseille. La mer en hiver a quelque chose de fabuleusement apaisant, réconfortant. J’imagine qu’on ne peut pas tout avoir, il faut choisir entre temps idyllique et ambiance noélique. Promesse à moi même : l’année prochaine, partir en week-end dans une ville qui maîtrise la magie de Noël pour avoir ma dose et ne pas menacer de vouloir partir à tout jamais de Marseille sous prétexte qu’il n’y a pas de jolies guirlandes dans les rues. La vidéo n’est donc pas très festive mais je n’ai pas voulu mentir sur l’ambiance générale, et puis, après tout, un hiver à la mer c’est pas si mal que ça !
 

DIMANCHE

dscf5723

Mes dimanches préférés sont ceux passés à Marseille, entre copains, où l’on se rejoint à midi les yeux cernés, fatigués mais ravis de se retrouver. Les dimanches où l’on flâne ensemble dans le calme des rues marseillaises, se racontant les souvenirs parfois flous de la soirée de la veille, à la recherche d’un endroit où déjeuner. Ce dimanche-là était encore mieux que les autres : le temps était merveilleux et le trajet pour rejoindre mes amis si calme et ensoleillé qu’il a suffit à me mettre d’excellente humeur toute la journée, j’aurais aimé ne jamais avoir à arrêter de marcher. J’adore Marseille le dimanche, les terrasses de quartiers sont remplies de gens détendus, souriants, faisant s’éterniser leur déjeuner. Vincent avait proposé de nous inviter au restaurant comme ça, juste parce-qu’on est amis et que ça lui faisait plaisir. Chouette non? Nous nous sommes retrouvés dans un drôle de restaurant Tibétain du quartier du Panier, le « Potala Korner » où j’ai gouté pleins d’aliments pour la première fois, ce qui m’a donné sérieusement envie de voyager, mais avec pour principal but la découverte de nouvelles gastronomies, c’est une une raison suffisante pour partir en voyage, non ? Nous sommes ensuite allés profiter des doux rayons du soleil au Fort St Jean, avant d’aller se réchauffer avec un thé à la menthe rue d’Aubagne. 

Marseille semble faite pour les dimanches. L’agitation quotidienne disparaît mais la ville ne se vide pas, elle prend tout à la légère, heureuse de voir que ses habitants ne la quitte pas le week-end.